La menace de "Shutdown" écartée jusqu'en septembre

Envoyer par e-mail
12/02/2019 | 07:14
"Shutdown, Taxes Douanières, Brexit, rien n'est réglé", tel était notre titre hier avant l'ouverture du marché. Vingt-quatre heures plus tard, c'est toujours le cas, mais les trois fronts du moment ont connu des évolutions positives. Sur les mots plus que sur les actes, mais c'est déjà ça. Hier soir, après une séance européenne très positive, Wall Street a clôturé en ordre dispersé, mais les indicateurs avancés américains sont ce matin dans le vert. Tokyo, après un jour férié, rebondit vigoureusement en gommant ses lourdes pertes de vendredi.
L'optimisme du jour est en premier lieu alimenté par "l'accord de principe" trouvé cette nuit entre Républicains et Démocrates, aux Etats-Unis, pour financer la sécurité aux frontières jusqu'au 30 septembre prochain, ce qui écarte la menace d'un nouveau "shutdown" des administrations fédérales pour plusieurs mois. La teneur exacte du compromis n'est pas encore connue à l'heure où nous écrivons ces lignes, mais c'est une bonne nouvelle qui devrait ramener un peu de sérénité en politique intérieure américaine et par ricochet ailleurs dans le monde.

De ce côté de l'Atlantique, Londres a jugé "constructif" l'entretien qui a eu lieu à Bruxelles hier soir entre Michel Barnier et le secrétaire britannique chargé du Brexit Stephen Barclay. Le négociateur européen avait exhorté le Royaume-Uni à "céder sur quelque chose" pour parvenir à un compromis et respecter la date-butoir de la fin mars. Les deux blocs pourraient légèrement assouplir leurs positions et s'accorder, c'est en tout cas le sentiment qui domine. 

Enfin, alors que se profile un nouveau round de discussions entre Chinois et Américains sur le commerce à Pékin, les derniers commentaires de l'entourage de Donald Trump sont optimistes, à l'image de la conseillère du Président Kellyanne Conway, interrogée sur Fox News hier. Dans le même temps, son patron a réaffirmé qu'il apprécierait de rencontrer son homologue chinois avant le mois de mars, ce qui a été interprété comme un autre indice de détente.
 
Le CAC40 gagnait plus de 0,7% à 5051 points peu après l'ouverture. Tokyo a repris 2,6% en clôture. La liste des principales publications d'entreprises du jour figure en fin d'article. 
 
Les temps forts économiques du jour
 
L'étude JOLTS sur les ouvertures de postes aux Etats-Unis (16h00, consensus 6,84 millions) sera le seul indicateur majeur du jour sur les places occidentales. Les investisseurs attendent surtout une allocution du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, programmée à partir de 18h45, donc hors séance européenne. Pour l'anecdote, les investisseurs espèrent des indications sur la politique monétaire future de la Fed, une préoccupation très éloignée du thème du discours du jour du banquier central, qui parlera "Développement économique dans les communautés rurales extrêmement pauvres" lors d'un événement dans le Mississippi.
 
L'euro continue à s'affaiblir à 1,1277 USD ce matin. L'once d'or est quasiment stable, à 1308 USD. Le pétrole rebondit d'environ 0,7%, tout près des 62 USD pour le Brent et à 52,73 USD pour le WTI. Le rendement de l'obligation américaine à 10 ans remonte très légèrement à 2,68%. Le Bitcoin varie peu, à 3590 USD ce matin.
 
Les principaux changements de recommandations
 
  • Aveva : HSBC démarre le suivi à alléger en visant 2500 GBp.
  • BHP : Goldman Sachs passe d'achat à neutre en visant 1800 GBp.
  • Boohoo : HSBC démarre le suivi à l'achat en visant 240 GBp.
  • Britvic : Morgan Stanley passe de surpondérer à pondération en ligne malgré un objectif de cours relevé de 870 à 900 GBp.
  • CaixaBank : Jefferies reste acheteur mais réduit de 4,35 à 3,60 EUR son objectif de cours.
  • Coats : HSBC démarre le suivi à alléger en visant 70 GBp.
  • GEA Group : RBC passe de surperformance à performance sectorielle en visant 2150 GBp.
  • Hammerson : RBC démarre le suivi à performance sectorielle en visant 370 GBp.
  • Meggitt : HSBC démarre le suivi à l'achat en visant 645 GBp.
  • Rio Tinto : Goldman Sachs passe de neutre à achat en visant 5000 GBp.
  • Segro : RBC démarre le suivi à performance sectorielle en vivant 625 GBp.
  • Telenor : J.P. Morgan passe de neutre à surpondérer en visant 176 SEK.
  • TUI AG : Berenberg réduit de 16,50 à 15 EUR son objectif de cours, mais reste acheteur.
  • Zurich Insurance : Société Générale reste à conserver mais relève de 285 à 300 CHF son objectif de cours.
 
L’actualité des sociétés
 
La principale publication qui a eu lieu hier hors clôture est celle de Michelin, qui a dépassé les attentes, tout en confirmant les incertitudes qui pèsent sur le millésime 2019. EssilorLuxottica rachète quatre sociétés en Europe et en Amérique Latine, dont Brille24 en Allemagne. Le nouveau président de Renault, Jean-Dominique Senard, ira bientôt au Japon pour discuter avec le directeur général de Nissan de l'avenir de l'Alliance. Elis rachète la petite entreprise suédoise Carpeting Entrémattor. Lagardère solde ses positions radio en Afrique du Sud. Bigben Interactive acquiert les droits d'édition de Tour de France et Pro Cycling Manager. Geci met en place un financement dilutif. Aures, Coface et Marie Brizard ont publié leurs comptes.
 
Bruxelles pourrait bloquer le rapprochement entre ThyssenKrupp et Tata Steel, a appris l'agence Reuters de source bien informée, faute d'engagements additionnels. International Consolidated Airlines veut continuer à limiter la part de son capital détenue par des actionnaires non-européens, pour conserver son statut de compagnie européenne. Adyen, KKR et Altice USA entrent dans l'indice MSCI World le 28 février. Chez Colgate Palmolive, Noel Wallace remplace Ian Cook. IDC estime que les ventes d'iPhones d'Apple ont chuté de 20% en Chine au 4ème trimestre. Redditt valorisé 3 milliards de dollars après un nouveau tour de table, DoorDash entre 6 et 7 milliards. Softbank investit 940 millions de dollars dans les véhicules autonomes. T.Rowe Price divise par deux sa détention dans Tesla à 5,2%. Amazon rachète Eero, spécialiste du wifi au domicile. Restaurant Brands International (Burger King, Tim Hortons…) veut grossir hors des Etats-Unis.
 
Ça publie. En Europe, Kering, ThyssenKrupp, Metro, Randstad, TUI, Ingenico, Natixis, Vontobel, Orpea, X-FabAmerica Movil, Occidental Petroleum, Activision Blizzard, Shopify ou Molson Coors en Amérique du Nord.
Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2019
Envoyer par e-mail