Le coronavirus et le PIB européen abattront-ils les marchés ?

Envoyer par e-mail
14/02/2020 | 07:15
Comme les marchés sont bloqués en mode progression béate, j'ose une digression sur le maître du monde : je me demande souvent si Donald Trump aurait pu bénéficier d'une telle impunité politique il y a vingt ans. Le Président piétine chaque semaine un peu plus les grands principes de la Démocratie américaine, mais à la fin, il gagne toujours.

Hier, son procureur général William Barr, notoirement à la botte de la Maison Blanche, s'est pourtant permis de rappeler à l'ordre son patron en estimant être dans l'impossibilité d'exercer sa mission si Trump twitte contre la justice de son pays. Il faut dire que Donald y était allé un peu fort en qualifiant d'erreur judiciaire la mise en cause de son vieil ami Roger Stone. Cet épisode vient s'ajouter aux (nombreux) autres. Le bilan économique de Donald Trump le rend-il invulnérable ?

D'invulnérabilité, il n'en est pas question en Chine où les décès dus aux coronavirus s'accumulent. 1 380 cas mortels à ce jour. Un chiffre proche de celui de la veille parce que les autorités ont supprimé des doublons après avoir amélioré leur système de suivi (hum ! de quoi ajouter à la confusion et aux théories du complot). Il n'empêche, avec 63 851 cas recensés, l'ascension se poursuit à l'intérieur des frontières du pays. A l'extérieur, la mortalité reste extrêmement faible et la propagation semble contenue.

Mais les impacts économiques se font sentir aux quatre coins du monde. Demandez au secteur de l'hébergement et de la restauration de Barcelone, où la grand-messe annuelle de la téléphonie mobile, le Mobile World Congress, a été annulée pour cause de coronavirus. Les 110 000 visiteurs attendus ne se déplaceront pas, dans leur grande majorité.

Demandez aussi aux compagnies aériennes, un premier bilan dressé par l'Organisation de l'aviation civile internationale (qui dépend de l'ONU) fait état de 4 à 5 milliards de dollars de revenus en moins pour l'industrie, qui a réduit de 80% ses rotations vers la Chine (hors compagnies chinoises). Cocorico, si l'on peut dire, de l'avis des analystes, Air France-KLM serait le transporteur européen le plus pénalisé. 

Mais pour l'instant, tous ces signaux qui clignotent à l'orange n'entament pas le bel (et suspect) enthousiasme des marchés. Les indices ont certes consolidé hier, mais dans des proportions très modestes. En parlant de clignoter à l'orange, le PIB de la zone euro au 4e trimestre 2019 sera annoncé à 11h00 et il ne sera pas beau. Le  CAC40 a démarré la séance étale, autour de 6090 points.

Les temps forts économiques du jour

Des PIB du 4e trimestre 2019 sont en vue sur le vieux continent, avec l'Allemagne (8h00) et la zone euro (11h00). Eurostat publiera aussi la balance commerciale mensuelle et les chiffres trimestriels de l'emploi. Aux Etats-Unis, les ventes de détail (14h30), la production industrielle et l'utilisation des capacités (15h15) puis l'indice préliminaire de l'Université du Michigan et les stocks des entreprises (16h00) clôtureront la semaine.

L'euro continue à s'effriter à 1,0834 USD. L'once d'or perd 0,2% à 1574 USD. Le pétrole se stabilise après ses gains de la veille, à 56,34 USD pour le Brent et à 51,48 USD pour le WTI. L'obligation d'État américaine affiche un rendement de 1,607% sur 10 ans. Le Bitcoin s'échange à 10 211 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Airbus : Morgan Stanley reste à surpondérer avec un objectif de cours réduit de 170 à 150 EUR.
  • ASML : MainFirst passe de vendre à conserver en visant 290 EUR.
  • Centrica : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 110 à 100 GBp.
  • Eurofins : Deutsche Bank démarre le suivi à la vente en visant 390 EUR.
  • Fielmann : Berenberg passe de conserver à vendre en visant 57 EUR.
  • Grieg Seafood : Arctic Securities passe d'acheter à conserver en visant 150 NOK.
  • Idorsia : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 26 à 31 CHF.
  • Kering : Credit Suisse reste neutre avec un objectif de cours relevé de 540 à 595 EUR. Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 700 à 680 EUR.
  • L'Oréal : Barclays passe de pondération en ligne souspondérer en visant 248 EUR.
  • Metro : Bernstein passe de sousperformance à performance de marché en visant 11,50 EUR.
  • Nestlé : DZ Bank reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 108 à 110 CHF.
  • Nexans : HSBC revalorise de 47 à 55 EUR.
  • Pernod Ricard : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 182 à 190 EUR. Barclays passe de surpondérer à pondération en ligne en visant 170 EUR.
  • Relx : Berenberg passe d'acheter à conserver avec un objectif de cours ajusté de 2120 à 2100 GBp.
  • Rémy Cointreau : Barclays passe de pondération en ligne à souspondérer en visant 83 EUR.
  • Temenos : Julius Bär reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 140 à 160 CHF.
  • Terveystalo : Inderes passe de conserver à alléger en visant 12,20 EUR.

L’actualité des sociétés

Renault a ramené de 3,55 à 1,10 EUR son dividende 2019, en marge des pertes annoncées sur l'exercice achevé. Electricité de France a aussi publié ses résultats 2019, en annonçant un dividende de 0,48 EUR. L'Ebitda 2020 devraient se situer entre 17,5 et 18 Mds€. En première lecture, Crédit Agricole dépasse les attentes en 2019 grâce à sa banque de financement et d'investissement. Vivendi publie légèrement sous le consensus et annonce l'entrée d'UMG en bourse "au plus tard début 2023", alors que cette option ne semblait plus à l'ordre du jour. Electricité de France rachète Pod Point, un acteur de référence de la recharge pour véhicules électriques au Royaume-Uni. Scor annonce le rachat d'AgroBrasil, un leader brésilien de l'assurance agricole, dans des conditions financières qui n'ont pas été communiquées. Eiffage décroche un contrat de 117 M€ en Allemagne. En marge de la publication de ses résultats annuels, Covivio annonce une OPA à 1,2 Md€ sur l'allemand Godewind Immobilien, libellé à 6,40 EUR par action. Nouvelle augmentation de capital pour Technicolor, qui veut lever 300 M€. Metabolic Explorer annonce un placement privé de 7,3 M€ et va distribuer des bons de souscription d'actions à ses actionnaires. Paulic Meunerie réussit son entrée en bourse. Bolloré, Akwel, M6 Métropole Télévision, Euromedis, Carmila, Recylex, Keyrus, Marie Brizard, Lacroix, Financière Moncey, Acheter-Louer.fr, Financière de l'Odet, Enensys, Compagnie du Cambodge, Vicat, Fiducial Real Estate, Forestière Equatoriale, Wallix, Guerbet, Blue Solutions, Tarkett, Lexibook, ESI Group, Kumulus Vape, Micropole, Electricité et Eaux de Madagascar ont publié leurs comptes.

Aux dernières nouvelles, l'augmentation de capital de 2 Mds$ de Tesla se ferait à 767 USD l'action. Amazon.com obtient finalement de la justice la suspension du contrat cloud géant accordé à Microsoft par le Pentagone américain, dont les conditions d'attribution sont contestées. L'antitrust espagnol a donné le feu vert à l'acquisition de la bourse espagnole, Bolsas y Mercados Españoles, par le suisse SIX. Nvidia gagne 5% hors séance après la publication de ses résultats, Mattel progresse de près de 3% en dépit de chiffres contrastés, tandis qu'au Japon, Nissan Motor s'effondre de 9% après son avertissement. Sergio Ermotti aurait fait part de son souhait de quitter la direction d'UBS Group dès cette année, a appris Bloomberg. Le parquet américain alourdit la facture d'Huawei d'une accusation de vol de secrets industriels, mais l'administration prolonge de 45 jours les dérogations accordées au groupe chinois. La SEC enquête sur une affaire de corruption concernant Raytheon au Moyen-Orient.

Ça publie. AstraZeneca, Crédit Agricole, Electricité de France, Royal Bank of Scotland, Segro et Renault notamment.  

Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2020
Envoyer par e-mail