"Secoue-toi un peu, Jerome !"

05/03/2021 | 09:02

Si l'on cherchait une confirmation du rôle de sauveur en dernier recours de la banque centrale américaine, illustration en a encore été donnée hier. Les marchés veulent tout et tout de suite, notamment que la Fed contrôle l'inflation mais si possible sans relever ses taux, il ne faudrait pas exagérer. Et si les investisseurs se sont longtemps satisfaits du ton accommodant de Jerome Powell, ils le trouvent maintenant trop passif face à la remontée des taux obligataires.

Finalement, faire partie des mauvais élèves de la classe dans le domaine technologique n'est pas une si mauvaise chose depuis 15 jours, comme le prouve l'excellente tenue du CAC 40, qui dame le pion au Nasdaq 100 en 2021 en s'adjugeant 4,5%, alors que l'indice américain perd 3,3%. Sur un an le différentiel reste extrêmement favorable au Nasdaq. Tout est relatif, mais la reprise économique en vue et le retour dans le jeu de l'inflation ont changé la donne.

Hier, les valeurs technologiques américaines ont encore subi l'essentiel du choc à Wall Street, mais leur mauvaise fortune du moment a eu tendance à contaminer le reste de la cote. Le mouvement de prises de profits se confirme pendant que les choses bougent au niveau macroéconomique. L'OPEP a maintenu un statu quo un peu inattendu sur sa production, ce qui a fait bondir les cours pétroliers sur des niveaux supérieurs aux pics récents et alimente, là aussi, le débat sur l'inflation. Le rendement du T-Bond 10 ans, qui a longtemps végété sous les 1% l'année dernière, a poursuivi sa remontée en flèche. Il est au-dessus de 1,5% ce matin et n'a que peu de raisons de s'assagir.

Le discours prononcé par Jerome Powell après la clôture des marchés européens n'a pas apaisé les indices américains, au contraire. Le patron de la Fed a maintenu sa ligne directrice : pas de hausse de taux en vue, malgré un pic d'inflation temporaire à venir. "La nouvelle correction du marché obligataire est une réaction au discours jugé trop flexible du Président de la Réserve Fédérale Jerome Powell. Ce dernier n’a pas apporté la garantie que la Fed agirait davantage face à un dérapage de l’inflation et que la banque centrale se concentrerait uniquement sur l’inflation de long-terme", souligne le chef-économiste de Landolt & Cie, Arthur Jurus. Les anticipations inflationnistes sont remontées d'un cran. Les spécialistes craignent que la Fed ne se retrouve prise à son propre piège, en laissant "filer" l'inflation sur la base du pari que le pic inéluctable ne sera que temporaire. Dans un tel contexte, pas étonnant que les taux obligataires remontent : les investisseurs ont toutes les raisons de craindre l'évaporation du rendement de leurs titres à revenus fixes. La banque centrale veut les rassurer en guidant sur une accalmie rapide des prix après la poussée inflationniste. Accalmie qui reste à confirmer : c'est là que se niche l'ombre d'un doute pour une partie du marché.  

L'autre grosse information macroéconomique de la nuit, ce sont les objectifs annoncés par les autorités chinoises. Elles tablent sur plus de 6% de croissance du PIB cette année, alors que le pays était parvenu à progresser de 2,3% en 2020, une performance positive inédite parmi les grandes économies. Les milieux financiers pensaient en majorité jusque-là que Pékin ne fournirait pas d'objectif chiffré. Ils pourraient être un peu déçus parce que la prévision moyenne des économistes tournait autour de 8%. Ou voir le verre à moitié plein et considérer que cet objectif prudent pourrait être dépassé et qu'il est le signe d'une normalisation après une année atypique.

Le CAC40 perdait 0,6% à 5100% points à l'ouverture.

Les temps forts économiques du jour

Deux événements d'importance aujourd'hui. D'abord les commandes d'usines allemandes (8h00), ensuite les données mensuelles sur l'emploi aux Etats-Unis (14h30). Cette nuit, la Chine a fixé un objectif de croissance de plus de 6 % cette année.

Le dollar a pris un net ascendant sur l'euro après le discours de Jerome Powell, à 1,19555 USD. L'once d'or est passée sous la barre des 1700 USD. Le pétrole bat ses récents pics, à 67,38 USD le baril de Brent et 64,41 USD le baril WTI. La dette américaine voit son rendement monter à 1,58 % sur 10 ans. Le Bitcoin décroche à 46 790 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Adyen : Stifel démarre le suivi à l'achat en visant 2700 EUR.
  • Akka : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 31 à 43 EUR.
  • Alcon : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 70 à 74 CHF.
  • Alten : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 90 à 123 EUR.
  • Autoneum : UBS reste neutre avec un objectif de cours relevé de 150 à 160 CHF.
  • Bayer : Liberum reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 74 à 71 EUR.
  • Bobst : Stifel passe de conserver à acheter en visant 86 CHF.
  • Carlsberg : HSBC reprend le suivi à l'achat en visant 1260 DKK.
  • CRH : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 40,10 à 45,80 EUR.
  • Dormakaba : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 620 à 590 CHF.
  • Evotec : Citigroup passe d'acheter à neutre en visant 32,50 EUR.
  • Feintool : Research Partners passe de conserver à acheter.
  • HelloFresh : DZ Bank reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 70 à 65 EUR.
  • Hiscox : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 1000 à 950 GBp.
  • Maersk Drilling : HSBC passe d'acheter à conserver en visant 251 DKK.
  • Nexi : Stifel démarre le suivi à l'achat en visant 260 EUR.
  • Nilfisk : SEB Equities passe de conserver à acheter en visant 200 DKK.
  • Rieter : Baader Helvea démarre le suivi à accumuler en visant 127,50 CHF.
  • Royal Unibrew : J.P. Morgan passe de souspondérer à neutre en visant 610 DKK.
  • RWE : Deutsche Bank démarre le suivi à l'achat en visant 35 EUR.
  • Saint-Gobain : J.P. Morgan relève son objectif de cours de 48 à 55 EUR.
  • Scout24 : RBC passe de performance sectorielle à surperformance en visant 73 EUR.
  • Sixt : Jefferies passe d'acheter à conserver en visant 110 EUR.
  • Subsea 7 : Jefferies passe de conserver à acheter en visant 120 NOK.
  • UCB : Morgan Stanley reprend le suivi à la pondération en ligne en visant 105 EUR.
  • VNV Global : Jefferies démarre le suivi à l'achat en visant 105 SEK.

L’actualité des sociétés

En France

Résultats des sociétés

  • Bolloré : malgré une contraction du chiffre d'affaires de 3 % à 24 Mds€, le bénéfice net a progressé de 80%, grâce à un important résultat financier alimenté par la réévaluation des actifs dans la musique.
  • CGG : le groupe espère renouer cette année avec une génération de cash-flow net positive grâce au retour d'une activité en croissance de l'ordre de 5%. En 2020, l'entreprise a été confrontée à une lourde perte nette de 438 M$.
  • Dassault Aviation : les revenus 2020 ont nettement reculé, emportant la marge opérationnelle à 4,8%, contre 10,4% en 2019. Un dividende de 12,30 EUR sera proposé. Cette année, le chiffre d'affaires sera en progression, porté par la livraison de 25 Rafale et 25 Falcon.

Annonces importantes

  • En France, près des deux tiers des centres commerciaux soumis aux nouvelles contraintes de confinement.
  • Stellantis va distribuer comme prévu sa participation dans Faurecia.
  • Safran obtient un prêt de 500 M€ pour le "moteur du futur".
  • Dans leur guérilla juridique, Suez marque un point contre Veolia devant le tribunal de commerce.
  • Les autorités françaises opposées à un changement de présidence chez Eramet, alors que Christel Bories est sous la pression du premier actionnaire, le groupe Duval.
  • Lisi cède LACE au Groupe Rafaut.
  • Solocal a détecté et bloqué une tentative d’intrusion de ses systèmes d’information.
  • Spie remporte le contrat de maintenance des infrastructures du nord des Pays-Bas.
  • Inventiva dispose de ressources jusqu'à la fin 2022, avant le lancement de l'essai de phase III avec lanifibranor dans la NASH, dont les résultats sont attendus au S2 2024.
  • Genfit désigne un nouvel administrateur.
  • Amoeba émet de nouvelles OCA.
  • Le conseil d'administration d'EOS Imaging recommande d'apporter à l'OPA.
  • Genomic Vision tire sur sa ligne de financement Winance.
  • Nanobiotix et PharmaEngine cessent leur collaboration.
  • Voluntis renforce ses services de support clients en collaboration avec Zendesk.
  • La Société des Bains de Mer a finalisé son plan d'économies.
  • Financière de l'Odet, Manitou, ST Dupont, Groupe Flo, Savencia ont publié leurs comptes et / ou leurs perspectives.

Dans le monde

Annonces importantes

  • The Boeing Company négocie un nouveau crédit revolving de 4 Mds$.
  • Norsk Hydro vend sa division Rolling pour 1,38 Md€ à KPS.
  • Costar retire son offre de rachat de CoreLogic à cause de la remonté des taux.
  • Novartis annonce la démission de sa responsable juridique.
  • DeepGreen fusionne avec le SPAC Sustainable Opportunities Acquisition Corporation.
  • Roche obtient la mise sur le marché américain d'Actemra en injection sous-cutanée.
  • Rome a bloqué l'expédition de vaccins AstraZeneca produits en Italie vers l'Australie, une première en Europe.

Ça publie aujourd'hui. London Stock Exchange, Hon Hai Precision, Dassault Aviation, Pearson, AIB Group, SFS Group, Corbion, Schweiter Technologies, Finnair

Lectures

Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2021
Copier lien
Dernières actualités sur ""
14/05
13/05
12/05
11/05
10/05