Le PDG d'Ubisoft se dit toujours ouvert à d'autres partenaires après l'accord avec Tencent

10/09/2022 | 22:24

Ubisoft, le plus grand fabricant français de jeux vidéo, est toujours ouvert à d'autres partenaires après un accord dans lequel le chinois Tencent augmentera sa participation dans la société, a déclaré jeudi son cofondateur et PDG Yves Guillemot.

Les commentaires de Guillemot, faits lors d'un événement de presse fermé dont la société a demandé à ce que le contenu ne soit pas rendu public avant un événement de présentation en ligne samedi, sont intervenus après une journée difficile pour l'action d'Ubisoft, qui a dégringolé de 17 % après que le groupe a annoncé que Tencent deviendrait son principal actionnaire avec une participation globale de 11 %.

L'opération valorise le fabricant d'"Assassin's Creed" à environ 10 milliards de dollars.

"Nous restons totalement indépendants et nous pouvons agir avec n'importe quelle société extérieure si nous le voulons", a déclaré M. Guillemot, qui a fondé Ubisoft en 1986 avec ses quatre frères. "C'était une grande négociation avec Tencent", a-t-il ajouté. "Nous pouvons faire ce que nous voulons".

Les traders et les analystes ont déclaré que l'accord avec Tencent, qui voit la plus grande société de jeux au monde en termes de revenus conclure un pacte d'actionnaires avec les Guillemot, a supprimé l'attrait spéculatif des actions Ubisoft.

Le groupe a longtemps été considéré comme une cible de rachat, les Guillemot détenant une participation minoritaire dans le groupe. Pourtant, les frères Guillemot ont réussi à repousser un raid du magnat français Vincent Bollore via son groupe de médias Vivendi.

Le plus petit fabricant de jeux vidéo mobiles Gameloft, autrefois dirigé par Michel, le frère d'Yves Guillemot, a été racheté par Vivendi il y a six ans.

La fratrie secrète, fils de commerçants agricoles d'une petite ville de Bretagne, dans l'ouest de la France, a juré de protéger son indépendance, un objectif qu'Yves Guillemot, 62 ans, a réaffirmé jeudi. "Notre première intention est de posséder notre destin", a-t-il déclaré.

DES PROGRÈS SIGNIFICATIFS

Cette perspective a été mise à l'épreuve récemment par une combinaison de faibles résultats financiers et d'allégations de harcèlement sexuel, qui ont conduit à une refonte de la gouvernance de l'entreprise et à des promesses de changer une culture d'entreprise décrite comme sexiste par certains anciens employés.

"Oui, nous avons trébuché, et nous le reconnaissons", a déclaré Guillemot. "Nous avons beaucoup appris en cours de route et nous avons fait des progrès significatifs grâce à des plans d'action concrets menés collectivement par nos dirigeants."

Ubisoft a brûlé environ 200 millions d'euros de trésorerie opérationnelle au cours de son exercice 2020/2021, après avoir généré 169 millions de flux de trésorerie opérationnelle l'année précédente.

Les déboires financiers de l'entreprise sont venus s'ajouter à plusieurs retards dans la sortie de nouveaux jeux vidéo et à une pression accrue sur la direction, en plein boom et vague de fusions et acquisitions dans l'industrie du jeu vidéo.

Celles-ci ont notamment été marquées par le projet de Microsoft d'acquérir le fabricant de "Call of Duty" Activision Blizzard pour 69 milliards de dollars.

Dans le cadre de son plan de retour à la croissance, Ubisoft vise à déployer ses trois jeux "piliers" - "Assassin's Creed", "Far Cry" et "Tom Clancy's Rainbow Six" - sur toutes les plateformes numériques, a déclaré M. Guillemot.

Le groupe souhaite que ces trois marques atteignent un total de 3 milliards d'euros de revenus annuels d'ici cinq ans, a précisé Guillemot.

Guillemot a indiqué que "Assassin's Creed" sortira sa prochaine édition "Mirage" en 2023. Ubisoft s'associe également à la plateforme de streaming Netflix pour développer trois jeux mobiles originaux, dont un basé sur Assassin's Creed.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur Yves Guillemot
12/09
11/09
10/09
10/09
18/02