ATOS SE

ATO
Temps réel Euronext Paris - 17:35:02 03/02/2023
12.69 EUR -3.64%

Les investisseurs en actions européennes en alerte face à une tension accrue sur les bilans.

11/11/2022 | 07:02

Les sélectionneurs d'actions ont un message pour les responsables financiers des entreprises, et il est de plus en plus fort : renforcez vos bilans avant que la crise ne frappe.

Après plus d'une décennie de politique monétaire ultra-libre, les conditions de financement se resserrent, l'inflation augmente et l'économie mondiale semble prête à tomber dans sa première récession depuis 2009.

Les entreprises très endettées pourraient avoir des problèmes car leurs paiements d'intérêts augmentent et la croissance des bénéfices diminue, disent les gestionnaires de fonds, qui se détournent déjà des entreprises endettées.

S&P Global estime que les conditions de crédit mondiales sont à un point d'inflexion et s'attend à un stress accru du crédit à la fin de 2022 ou au début de 2023. Les baisses de notation vont s'accélérer et les défaillances globales des entreprises dans le monde devraient doubler d'ici la mi-2023, alors qu'elles sont actuellement à des niveaux historiquement bas, selon S&P. L'Europe, qui est aux prises avec une pénurie d'énergie et une guerre à ses frontières, verra la qualité du crédit la plus touchée. "Il semble y avoir un changement d'attitude à l'égard des actions les plus endettées", a déclaré Gilles Guibout, responsable des stratégies actions européennes chez AXA Investment Managers à Paris. "Cela pousse les investisseurs vers les entreprises qui ne seront pas affectées par la hausse du coût de la dette. Et la pression sur les dirigeants (des entreprises endettées) s'accumule", a-t-il ajouté. L'enquête la plus récente de Bank of America auprès des gestionnaires de fonds montre que 60 % des investisseurs souhaitent que les dirigeants utilisent les flux de trésorerie pour améliorer les bilans plutôt que d'augmenter les dépenses d'investissement ou les dividendes, soit à peu près le même pourcentage que lors du krach COVID-19 et de la crise financière mondiale. "Le temps est venu d'économiser quelque chose pour les jours de pluie", a déclaré Giuliano Gasparet, responsable des actions chez Generali Insurance Asset Management à Milan. "Je ne serais pas surpris si, dans les prochaines enquêtes, ce pourcentage augmente encore plus". L'importance d'un bilan solide s'est traduite ce mois-ci par une série de variations sauvages du cours des actions. Les CFF, par exemple, ont bondi de 46 % en deux jours, la baisse des rendements obligataires ayant proposé à la société immobilière, très malmenée, un certain soulagement quant au refinancement. La société suédoise a vendu des biens immobiliers pour 700 millions de couronnes suédoises (64 millions de dollars) quelques jours plus tard et a lancé mercredi un appel d'offres sur des obligations pour un montant similaire. L'immobilier est le secteur le moins performant d'Europe cette année avec une baisse de 40%. Les investisseurs craignent que le secteur, fortement endetté, ne subisse des restructurations et des réductions de dividendes. Les actions des CFF ont chuté de près de 75 % cette année. Et cela ne s'arrête pas là. En Europe, Citi voit les services publics et les industries dans la ligne de mire et estime que la hausse des coûts de financement pourrait réduire le revenu net des sociétés non financières de 2 %. Elle estime que 15 % de la dette du STOXX 600 est à taux variable, soit près du double de celle du S&P 500.

Des sociétés telles que le consultant en informatique ATOS, l'entreprise alimentaire Delivery Hero, l'entreprise de services publics Enel, le fabricant de pièces automobiles Faurecia, le groupe pharmaceutique Grifols, le fabricant de boissons Campari et l'opérateur téléphonique Telefonica ont été mentionnées par les analystes et les investisseurs comme pouvant être confrontées à des défis liés à la hausse des coûts d'intérêt. Les actions chargées de dettes ont déjà perdu beaucoup de terrain cette année et les gestionnaires de fonds inquiets du stress du crédit ont réduit leur exposition. AXA a réduit sa participation dans quelques actions en raison de leur niveau d'endettement, a déclaré Guibout.

Le panier d'actions européennes à fort endettement de Citi est en baisse de 33 % cette année.

Pourtant, certaines entreprises pourraient avoir été punies de manière excessive, même si leur flux de trésorerie et le profil d'échéance de leur dette leur donnent suffisamment de marge de manœuvre pour rembourser ce qu'elles doivent.

Un exemple est AB Inbev, le plus grand brasseur du monde, qui a refinancé et rendu sa dette gérable alors que les taux d'intérêt étaient bas, a déclaré Thomas O'Hara, gestionnaire de portefeuille chez Janus Henderson Investors.

"Un certain nombre de ces grandes entreprises ont repoussé le profil d'échéance... Il peut y avoir quelques opportunités où les bébés ont été jetés avec l'eau du bain", a-t-il déclaré.

(1 $ = 10,9369 couronnes suédoises)

© Zonebourse avec Reuters 2023
Copier lien
Toute l'actualité sur ATOS SE
01/02
01/02
01/02
28/01
25/01