WTI

Cours en différé. Temps Différé  - 21/10 12:56:31
82.796USD -0.94%

Bourses: l'Europe s'essouffle, Wall Street en prend le chemin

17/09/2021 | 14:16

Paris (awp/afp) - Les marchés manquaient de carburant vendredi à la mi-journée sur fond de repli des cours du pétrole au terme d'une semaine en dents de scie, marquée par des doutes sur la dynamique de la croissance, des pressions réglementaires en Chine et des tensions géopolitiques.

Bien orientés à l'ouverture dans le sillage de l'Asie, les indices européens effaçaient leurs gains à la mi-journée à Paris (-0,20%) Francfort (-0,47%), Londres (-0,09%) et Milan (-0,45%) vers 11H50 GMT alors que les contrats à terme de Wall Street ont viré au rouge, cédant entre 0,20 et 0,24%. A Zurich, le SMI reculait de 0,02%.

La semaine prochaine, les investisseurs s'attendent à ce que la banque centrale américaine, qui prépare pas à pas le marché à une réduction de son soutien monétaire," guide plus ou moins explicitement vers un +tapering+ pour la réunion suivante au mois de novembre", estime Thomas Costerg, économiste chez Pictet Wealth Management.

"Les données économiques sont encore mitigées (notamment le rapport de l'emploi du mois d'août), tandis que les batailles budgétaires au Congrès plaident aussi pour la patience", explique l'expert.

"Par ailleurs, le président Jerome Powell est en campagne active pour être réélu (il est bien placé, ayant à son avantage une réaction rapide et massive lors de la crise du Covid 19) et cherche sûrement le moins de vagues possible à court terme", poursuit-il.

En zone euro, la banque centrale européenne a pour sa part démenti des informations du Financiel Times suggérant que celle-ci pourrait remonter ses taux dès 2023, soit un an plus tôt que les estimations d'économistes.

L'institution de Francfort a pris un petit temps d'avance sur la Fed en annonçant, lors de sa réunion de septembre, un ralentissement "modéré" du volume de rachats de dette publique et privée sur le marché dans les prochains mois.

Un peu à court de bonnes nouvelles, les opérateurs de marché s'attendent à une séance volatile en cette fin de semaine qui correspond à la journée dite des "quatre sorcières", où des ces contrats à terme et d'options sur les actions et les indices arrivent à échéance.

Ils surveilleront de près l'indice de confiance des consommateurs américains en septembre (Université du Michigan) et "notamment les attentes concernant l'inflation qui pourraient influencer le ton de la Fed lors de sa réunion de la semaine prochaine", observe Christopher Dembik, directeur stratégie et macroéconomie de Saxo Banque.

Les minières broient du noir ___

A Londres, Anglo American (-4,4% à 2.694,5 pence) et Rio Tinto (-2,41% à 4.889,5 pence) pesaient sur la cote. A Paris, ArcelorMittal lâchait 1,69% à 27,91 euros,

Le voyage se porte bien ___

A Londres, IAG (+5,71% à 149,82 pence), Rolls Royce (+2,46% à 111,74 pence) et Intercontinental Hotels (+1,73% à 4.639 pence) avaient en vue la levée des restrictions aux voyages au Royaume-Uni. Air France-KLM prenait 2,62% à 3,92 euros.

Commerzbank potentielle cible de Cerberus ___

Le titre bancaire Commerzbank gagnait 2,05% à 5,51 euros à Francfort. Selon le quotidien Handelsblatt, qui cite des sources proches des discussions, le fonds d'investissement américain Cerberus, qui détient déjà 5% du groupe, voudrait acquérir les actions de l'Etat allemand, présent à hauteur de 15,6%. Cette transaction propulserait Cerberus en premier actionnaire du groupe. Elle pourrait néanmoins dépendre, selon le quotidien, de la composition du futur gouvernement à Berlin, qui sera nommé après les élections législatives du 26 septembre.

BNP Paribas Fortis cède 2% du capital d'Euronext ___

L'action Euronext reculait de 1,42% à 103,80 euros alors que BNP Paribas Fortis a annoncé avoir cédé 2% du capital de l'opérateur boursier pour un montant d'environ 220 millions d'euros.

Du côté du pétrole, de l'euro et du bitcoin ___

Les cours du pétrole reculaient légèrement mais restaient en hausse marquée sur la semaine, les perturbations de la production aux Etats-Unis et la demande vigoureuse ayant redonné des couleurs au marché de l'or noir.

Vers 11H40 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 75,24 dollars à Londres, en baisse de 0,57% par rapport à la clôture de la veille. A New York, le baril de WTI pour octobre cédait 0,72% à 72,09 dollars.

L'euro grappillait 0,16% face au billet vert à 1,1781 dollar.

Le bitcoin avançait de 0,70% à 47.477 dollars.

afp/rp

© AWP 2021
Copier lien
Toute l'actualité sur WTI
12:47
12:38
12:29
12:15
12:07