Chine: le porc fait bondir l'inflation au plus haut en près de 8 ans

Envoyer par e-mail
09/11/2019 | 12:07

Pékin (awp/afp) - L'inflation en Chine a atteint +3,8% en octobre en rythme annuel, soit son niveau le plus élevé depuis janvier 2012, sous l'impulsion notamment des prix du porc, selon des statistiques officielles publiées samedi.

Les experts sondés par l'agence d'information financière Bloomberg s'attendaient à une hausse moins prononcée (+3,4%).

Les prix du porc, viande la plus consommée du pays, ont connu une nouvelle flambée (+101,3% sur un an après +69,3% au mois de septembre), a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS).

Le cheptel en Chine est décimé par une épidémie de peste porcine africaine. Apparu en août 2018 dans le nord-est du pays, le virus s'est propagé dans la plupart des régions.

Officiellement, plus d'un million de porcs sont morts ou ont été abattus depuis le début de l'épidémie mais ce chiffre serait largement sous-estimé, selon plusieurs analystes.

La flambée des prix du porc a entraîné un repli des consommateurs sur d'autres viandes. Le prix de la volaille a ainsi bondi de 66,8% sur un an le mois dernier, celui du boeuf de 20,4% et celui de l'agneau de 16,1%.

Dans ce contexte, le gouvernement chinois s'est engagé mercredi à prendre des mesures pour stabiliser les prix de certains produits alimentaires de base et garantir leur approvisionnement, a rapporté l'agence officielle Chine nouvelle.

Le Premier ministre Li Keqiang a notamment demandé d'accroître la production de volaille, de boeuf et de mouton et de puiser dans les réserves du pays pour freiner la flambée des prix, selon Chine nouvelle.

"Les dirigeants chinois sont terrifiés par l'inflation" qui a été "l'un des principaux moteurs des manifestations de la place Tiananmen en 1989", rappellent dans une note les analystes du cabinet Trivium China. Cette année-là, l'inflation avait connu un rythme de progression moyen de 18,25%.

De leur côté, les prix à la production se sont inscrits le mois dernier à leur niveau le plus bas depuis août 2016, un nouveau signe inquiétant pour la deuxième économie mondiale, en pleine guerre commerciale avec les Etats-Unis.

L'indice des prix sortie d'usine est tombé en octobre à -1,6% sur un an (contre -1,2% en septembre).

Les prévisions d'un groupe d'analystes interrogés par Bloomberg tablaient sur une baisse moins prononcée (-1,5%).

afp/rp

© AWP 2019
Envoyer par e-mail