Exclusif - L'Europe se tourne vers SpaceX pour combler le vide laissé par les tensions russes en matière de lancement.

12/08/2022 | 11:38

L'Agence spatiale européenne (ESA) a entamé des discussions techniques préliminaires avec SpaceX d'Elon Musk qui pourraient aboutir à l'utilisation temporaire de ses lanceurs après que le conflit en Ukraine ait bloqué l'accès des Occidentaux aux fusées russes Soyouz.

Le concurrent privé américain de la société européenne Arianespace est apparu comme un candidat clé pour combler un vide temporaire aux côtés du Japon et de l'Inde, mais les décisions finales dépendent du calendrier toujours non résolu de la fusée européenne Ariane 6 retardée.

"Je dirais qu'il y a deux options et demie dont nous discutons. L'une est SpaceX, c'est clair. Une autre est peut-être le Japon", a déclaré à Reuters Josef Aschbacher, directeur général de l'ESA.

"Le Japon attend le vol inaugural de sa fusée de nouvelle génération. Une autre option pourrait être l'Inde", a-t-il ajouté dans une interview.

"Je dirais que SpaceX est le plus opérationnel de tous et certainement l'un des lancements de secours que nous envisageons."

M. Aschbacher a déclaré que les pourparlers en étaient encore à une phase exploratoire et que toute solution de secours serait temporaire.

"Nous devons bien sûr nous assurer qu'ils sont adaptés. Ce n'est pas comme sauter dans un bus", a-t-il déclaré. Par exemple, l'interface entre le satellite et le lanceur doit être adaptée et la charge utile ne doit pas être compromise par des types de vibrations de lancement non familiers.

"Nous nous penchons sur cette compatibilité technique, mais nous n'avons pas encore demandé de proposition commerciale. Nous voulons juste nous assurer que ce serait une option afin de prendre une décision sur la demande d'une offre commerciale ferme", a déclaré Aschbacher.

SpaceX n'a pas répondu à une demande de commentaire.

Les retombées politiques de l'invasion de l'Ukraine par la Russie ont déjà été une aubaine pour le Falcon 9 de SpaceX, qui a récupéré d'autres clients coupant les liens avec le secteur spatial de Moscou, de plus en plus isolé.

La société d'Internet par satellite OneWeb, un concurrent de l'entreprise d'Internet par satellite Starlink de SpaceX, a réservé au moins un lancement Falcon 9 en mars. Elle a également réservé un lancement en Inde.

Lundi, Northrop Grumman a réservé trois missions Falcon 9 pour transporter le fret de la NASA vers la Station spatiale internationale pendant qu'elle conçoit une nouvelle version de sa fusée Antares, dont les moteurs de fabrication russe ont été retirés par Moscou en réponse aux sanctions.

APPEL AU RÉVEIL

Jusqu'à présent, l'Europe dépendait de l'italien Vega pour les petites charges utiles, du russe Soyuz pour les moyennes et de l'Ariane 5 pour les missions lourdes. Son Vega C de nouvelle génération a fait ses débuts le mois dernier et la nouvelle Ariane 6 a été reportée à l'année prochaine.

Aschbacher a déclaré qu'un calendrier plus précis pour Ariane 6 serait plus clair en octobre. Ce n'est qu'alors que l'ESA finalisera un plan de secours qui sera présenté aux ministres des 22 nations de l'agence en novembre.

"Mais oui, la probabilité que des lancements de secours soient nécessaires est élevée", a-t-il déclaré. "L'ordre de grandeur est certainement une bonne poignée de lancements pour lesquels nous aurions besoin de solutions provisoires."

M. Aschbacher a déclaré que le conflit ukrainien avait démontré que la stratégie de coopération de l'Europe avec la Russie, qui dure depuis dix ans, en matière d'approvisionnement en gaz et dans d'autres domaines, y compris l'espace, ne fonctionne plus.

"C'était un signal d'alarme, que nous avons été trop dépendants de la Russie. Et ce coup de semonce, nous devons espérer que les décideurs le réalisent autant que moi, que nous devons vraiment renforcer notre capacité et notre indépendance européennes."

Il a toutefois minimisé la perspective que la Russie tienne sa promesse de se retirer de la Station spatiale internationale (ISS).

Le chef de l'espace russe nouvellement nommé, Yuri Borisov, a déclaré lors d'une réunion télévisée avec le président Vladimir Poutine le mois dernier que la Russie se retirerait de l'ISS "après 2024".

Mais Borisov a ensuite précisé que les plans de la Russie n'avaient pas changé et les responsables occidentaux ont déclaré que l'agence spatiale russe n'avait pas communiqué de nouveaux plans de retrait.

"La réalité est qu'opérationnellement, le travail sur la station spatiale se poursuit, je dirais presque nominalement", a déclaré Aschbacher à Reuters. "Nous dépendons les uns des autres, que cela nous plaise ou non, mais nous n'avons guère le choix."

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Économie"
22:38
22:32
22:24
22:18
22:18