Les Bourses européennes en baisse sauf Milan

Envoyer par e-mail
01/02/2018 | 18:38

PARIS (awp/afp) - Les Bourses européennes ont toutes reculé jeudi, sauf Milan, les investisseurs prenant leurs précautions car la Réserve fédérale américaine (Fed) a averti que l'inflation remontera en 2018, laissant présager des hausses de taux d'intérêt.

Le communiqué (de la Fed) "était un peu moins accommodant que le précédent", a relevé Alexandre Baradez, ce qui a entraîné une nouvelle tension sur le marché de la dette, peu appréciée par les valeurs défensives.

"Le doute s'installe à propos d'une fin momentanée de l'euphorie apparemment sans fin qu'a connue Wall Street", selon Jochen Stanzl, analyste chez CMC Markets.

Les données économiques de jeudi aux États-Unis ont jeté un froid: légère baisse de la productivité au quatrième trimestre 2017 couplée à une augmentation plus forte des coûts unitaires de main-d'oeuvre. Toujours aux Etats-Unis, l'activité manufacturière s'est repliée en janvier à 59,1%. En revanche, les dépenses de construction de décembre ont augmenté plus que prévu.

En zone euro, la croissance du secteur manufacturier est restée proche du niveau record de décembre, même si elle a ralenti en janvier.

L'Eurostoxx 50 a perdu 1,08%.

A Paris, l'indice CAC 40 a cédé 0,50%, à 5.454,55 points.

Dassault Systèmes a bondi de 6,59% à 99 euros, grâce à la progression de son chiffre d'affaires et de sa rentabilité en 2017. Peugeot a gagné 3,10% à 18,65 euros, grâce à sa bonne performance sur le marché automobile français en hausse de 2,5% en janvier, mais Renault a cédé 0,23% à 88,37 euros.

Bic a plongé de 9,40% à 83,60 euros, plombé par l'abaissement de sa prévision de rentabilité 2018, dans le sillage d'une croissance organique 2017 de seulement 1,4% contre un peu moins de 2% prévu par le groupe.

Sartorius Stedim (+2,44% à 71,50 euros) a profité du relèvement de la recommandation du courtier Gilbert Dupont à "ajouter" contre "réduire" auparavant. Europacorp, société de production du cinéaste Luc Besson (72,50% à 2,76 euros) mènerait des discussions commerciales avec Netflix.

A Londres, l'indice FT SE 100 a perdu 0,57% à 7.490,39 points.

Le géant pétrolier Royal Dutch Shell (action "B) a perdu 2,54% à 2.432,50 pence, le quasi triplement du bénéfice net 2017 n'effaçant pas une trésorerie moins nourrie que prévu. Son concurrent BP a résisté (+0,08% à 501,50 pence).

L'opérateur télécoms Vodafone (-4,54% à 214,40 pence) a subi une légère baisse de ses ventes au troisième trimestre, mais son rival BT (+0,22% à 256 pence) a profité d'une accélération du déploiement de la fibre par Openreach, sa filiale consacrée aux réseaux.

Les supermarchés Morrisons (+0,59% à 223,30 pence) supprimeront 1.500 emplois de direction mais embaucheront 1.700 personnes dans des fonctions moins qualifiées. Le groupe de services financiers Capita (-13,10% à 158,60 pence) s'était déjà effondré de 47,5% la veille suite à un plan de relance drastique face à ses graves difficultés financières.

A Francfort, l'indice DAX a cédé 1,41% à 13.003,90 points et le MDax des valeurs moyennes 0,90% à 26.583,28 points.

Daimler (-2,16% à 72,14 euros) s'attend à une "légère progression" de son chiffre d'affaires 2018, ce qui a déçu. BMW a perdu 0,51% à 91,50 euros, à la veille d'une grève pour les salaires dans les usines automobiles allemandes à l'appel d'IG Metall, mais Volkswagen a gagné 0,33% à 177,60 euros.

L'équipementier automobile Schaeffler s'est effondré de 11,80% à 14,13 euros, après une année 2017 moins profitable qu'attendu.

Deutsche Telekom a glissé de 1,20% à 13,96 euros, sa filiale T-Systems, ayant perdu un grand client, l'aciériste ThyssenKrupp.

A Amsterdam, l'indice AEX a fléchi de 0,65% à 556,87 points. L'éditeur RELX Group a chuté de 3,77% à 17,24 euros et le géant pétrolier Shell 2,23% à 27,61 euros. Le leader mondial de la peinture AkzoNobel a gagné 0,74% à 75,98 euros et le géant de l'agroalimentaire et des cosmétiques Unilever 0,73% à 46,99 euros.

A Bruxelles, l'indice BEL 20 a cédé 0,20% à 4.103.63 points. Plus forte baisse, le groupe immobilier Confinimmo (-1,75% à 106,50 euros). Le sidérurgiste Aperam a reperdu 1,32% à 47,27 euros après sa forte progression de la veille. Parmi les douze hausses, le fabricant de produits d'hygiène Ontex (+2,18% à 24,34 euros).

L'indice SMI de la Bourse suisse a abandonné 1,28% à 9.290,92 points, malgré les hausses de Nestlé (+0,15% à 80,54 CHF) et des entreprises du luxe Richemont (+0,56% à 89,82 CHF) et Swatch (+0,14% à 427,10 CHF). Givaudan, spécialiste des parfums et d'arômes, a cependant cédé 1,12% (2,215CHF).

Le groupe pharmaceutique Roche a perdu 2,59% à 223,50 francs suisses, son bénéfice 2017 s'étant contracté de 9%, sous l'effet de dépréciations sur les écarts d'acquisition et actifs immatériels. Son rival Novartis a baissé de 0,48% à 83,80 CHF. Côté bancaires, Crédit suisse a pris 1,59% à 18,245 CHF, UBS 0,98% à 19,085 CHF et Julius Baer 0,91% à 64,48 CHF.

A Madrid, l'indice IBEX a baissé de 0,50% à 10.399 points, plombé par la banque BBVA ( -1,45% à 7,46 euros) qui a présenté des résultats annuels décevants. Deux autres géants de l'indice, Inditex (-2,01% à 28,29 euros) et Banco Santander (-0,70%), ont également fini dans le rouge. Gas Natural Fenosa a pris 2,61% à 19,09 euros, plus forte hausse.

A Milan, l'indice MIB a pris 0,15% à 23.541 points. Ferrari a réalisé la meilleure performance (+7,46% à 103,2 euros) grâce à de nouveaux résultats record en 2017, talonné par CNH Industrial (+4,74% à 12,48 euros), Salvatore Ferragamo (+2,25% à 23,17 euros) et Exor (+1,90% à 63,4 euros). En bas de tableau, Banco BPM a cédé 1,96% à 3,0035 euros, Unipol 1,85% à 4,359 euros, Atlantia 1,46% à 26,29 euros et Brembo 1,31% à 12,83 euros.

A Lisbonne, l'indice PSI 20 a perdu 1%, à 5.606,88 points, le groupe de grande distribution Jeronimo Martins cédant 0,40% à 17,12 euros. Côté énergétiques, Galp Energia a pris 0,18% à 15,55 euros, EDP 0,14% à 2,83 euros et sa filiale dans les renouvelables EDP Renovaveis 0,04% à 7,09 euros.

bur-nth/ eb

© AWP 2018
Envoyer par e-mail