Les vents contraires économiques vont pousser le pétrole sous les 100 dollars en 2023

30/11/2022 | 12:09

Les prix du pétrole Brent se maintiendront au-dessus du niveau de 100 dollars pour le reste de l'année 2022, car une interdiction imminente de l'UE sur le pétrole russe suscite des incertitudes sur l'offre, mais ils baisseront l'année prochaine en raison des préoccupations économiques, selon un sondage Reuters de mercredi.

Une enquête menée auprès de 38 économistes et analystes prévoit que le pétrole brut de référence Brent s'établira en moyenne à 100,50 $ le baril cette année, et à 95,56 $ en 2023, soit un peu moins que les consensus d'octobre, respectivement 101,10 $ et 95,74 $.

Le brut américain devrait atteindre une moyenne de 95,47 $ le baril en 2022 et de 87,40 $ l'année prochaine.

Le Brent s'est négocié autour de 84 dollars le baril mercredi, après avoir perdu plus de 15 % depuis début novembre, tiré vers le bas par les inquiétudes concernant la demande du principal consommateur, la Chine, qui est aux prises avec les blocages et les protestations du COVID.

Le marché du pétrole est confronté à trois grandes questions, a déclaré Frank Schallenberger, responsable de la recherche sur les matières premières chez LBBW.

"Qu'arrivera-t-il à l'offre russe lorsque l'interdiction de l'UE sera effective ? Dans quelle mesure la croissance de la demande diminuera-t-elle en raison de perspectives économiques plus faibles ? Et à quelle vitesse l'OPEP+ réduira-t-elle sa production de pétrole ?"

L'interdiction de l'UE sur le pétrole russe doit entrer en vigueur le 5 décembre, de même qu'un plan des nations du G7 visant à imposer un prix bas pour les ventes de pétrole russe.

Mais comme le plan global est encore débattu par les dirigeants de l'UE, les analystes sont divisés sur son impact probable et prévoient un déficit d'approvisionnement compris entre 500 000 barils par jour (bpj) et 2 millions de bpj, certains affirmant que la Russie pourrait trouver d'autres voies pour transporter son brut.

"L'interdiction de l'UE signifie qu'un équilibre précaire caractérisera le marché à partir du premier trimestre, ce qui sera favorable à des prix dans les 80 ou même plus élevés", a déclaré Matthew Sherwood, analyste principal des matières premières à l'EIU.

La plupart des observateurs du marché s'accordent à dire que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, dont la Russie, connus sous le nom d'OPEP+, maintiendront les niveaux actuels de réduction de la production le 4 décembre, bien que des réductions supplémentaires puissent être envisagées.

Un petit nombre de répondants ont prédit que le marché pétrolier pourrait être plus équilibré au cours du second semestre de 2023.

La demande était vue comme augmentant de 1,8 à 2,1 millions de bpj en 2022 et de 1 à 2 millions de bpj l'année prochaine, sous l'impulsion de l'Asie.

Mais si les prix vont se modérer en 2023 en raison d'un ralentissement économique, "nous ne nous attendons pas à ce que les prix du pétrole s'effondrent car les approvisionnements sont serrés et l'OPEP+ a anticipé avec des réductions de production volontaires supplémentaires, et une partie de la production de pétrole russe sera également affectée par l'interdiction de l'UE", a déclaré Suvro Sarkar, analyste principal de l'énergie chez DBS Bank.

© Zonebourse avec Reuters 2023
Copier lien
Dernières actualités sur "Économie"
01:57
01:54
01:18
01:16
00:53