AMUNDI

AMUN
Temps réel Euronext Paris - 17:35:04 27/01/2023
60.40 EUR -1.39%

Les investisseurs espèrent que Pékin lèvera plus rapidement les restrictions sur le COVID alors que les manifestations assombrissent les marchés.

28/11/2022 | 17:35

Les rares protestations qui secouent la Chine en raison de la politique du zéro-COVID-19 de Pékin ont peut-être déclenché une nouvelle vague d'incertitude politique, mais elles pourraient également accélérer la réouverture de l'économie numéro deux du monde, ont déclaré les investisseurs étrangers lundi.

Les actions de la Chine ont connu lundi leur pire journée en un mois et sa monnaie a également dégringolé, tandis que les actions mondiales ont subi des pressions et que les prix du pétrole ont chuté jusqu'à 3 %, les manifestants ayant fait une démonstration de désobéissance civile sans précédent depuis que le leader Xi Jinping a pris le pouvoir il y a dix ans.

"Les protestations sont une préoccupation à court terme", a déclaré à Reuters Seema Shah, stratège en chef chez Principal Global Investors, un gestionnaire d'actifs de 500 milliards de dollars, ajoutant que les derniers événements soutenaient l'idée que le vent était en train de tourner.

"Bien que nous ayons été prudents, il y a un changement important en cours avec la réouverture du COVID."

Les marchés chinois ont connu une année difficile, souffrant d'un panorama d'aversion au risque politique dans le sillage de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février, ainsi que d'inquiétudes sur sa croissance économique compte tenu des restrictions strictes de la COVID et des retombées des difficultés de son secteur immobilier.

Les portefeuilles obligataires chinois ont enregistré des sorties chaque mois depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février, totalisant 105,1 milliards de dollars sur neuf mois, selon les données de l'Institute of International Finance (IIF). Les portefeuilles d'actions chinoises ont perdu 7,6 milliards de dollars au cours du seul mois d'octobre, soit le montant le plus élevé depuis mars.

DEMOGRAPHIE

Cependant, l'espoir que Pékin puisse assouplir certaines de ses sévères restrictions COVID avait récemment soulevé les marchés de leurs plus bas niveaux dans une année qui a vu les blue chips domestiques et l'indice de Hong Kong chuter de plus de 20 % depuis le début de l'année.

"Les derniers événements renforceront les arguments en faveur de la réouverture", a déclaré Vincent Mortier, Group Chief Investment Officer chez Amundi, le plus grand gestionnaire d'actifs européen.

La douleur économique liée au COVID avait commencé à devenir une question politique en Chine, étant donné l'impact sur le chômage des jeunes dans les grandes villes, et ajoutant à la pression sur Pékin, qui tenait à "éviter une certaine agitation sociale", a déclaré Mortier.

La démographie a été un point de pression majeur pour la Chine, qui a vu le chômage des jeunes atteindre un niveau record d'environ 20 % en juillet.

Si les protestations devaient se poursuivre, cela augmenterait la prime de risque, a déclaré Sean Taylor, directeur des investissements pour l'Asie-Pacifique chez DWS Group.

Le gestionnaire d'actifs de 833 milliards d'euros s'attend à ce que les actions chinoises connaissent un rallye de 15 à 20 % une fois que la Chine sera sortie de la zone zéro, bien que les marchés puissent être "assez difficiles" d'ici là.

Richard Tang, analyste de recherche sur les actions pour l'Asie chez Julius Baer, a déclaré que les investisseurs offshore étaient plus inquiets des récents événements que leurs homologues onshore, ce qui pourrait faire remonter les marchés d'actions onshore.

"Nous pensons que cette divergence d'opinion entraînera une surperformance des actions A par rapport aux actions H", a déclaré Tang.

Tang a prédit que s'il n'y avait pas d'escalade majeure de la situation, les investisseurs se concentreraient à nouveau sur la Conférence centrale de travail économique du Parti communiste au pouvoir en décembre, qui établit l'agenda économique pour la session parlementaire, et pourrait confirmer un "pivot politique" du COVID.

D'autres étaient plus prudents. Le mécontentement social découlant de la politique du zéro COVID a ajouté des risques dans l'exécution et la mise en œuvre des politiques gouvernementales, a déclaré Mark Haefele, CIO de la gestion de fortune mondiale chez UBS à Zurich.

"Nous ne nous attendons pas à ce que les vents contraires de l'économie ou du marché en Chine s'atténuent de manière significative au cours des prochains mois", a déclaré Haefele dans une note aux clients.

"Par conséquent, nous restons neutres sur les actions chinoises. Nous considérons également la reprise molle de la Chine comme un risque pour l'économie et les marchés mondiaux."

© Zonebourse avec Reuters 2023
Copier lien
Toute l'actualité sur AMUNDI
27/01
27/01
27/01
26/01
25/01